Il y a deux semaines, je vous annonçais officiellement le lancement de mon site, pour pouvoir partager avec vous la réalisation de mon roman. Je tenais avant tout à vous remercier pour tous les messages de soutien et d’amitié que vous m’avez adressés. Ceux-ci m’encouragent à mener ce projet à bien et me confirment que j’ai pris le bon chemin !

Premiers balbutiements

Comme je vous le disais dans le tout premier article, l’idée d’écrire un livre a mûri dans ma tête pendant plusieurs années avant que je n’ose me lancer. C’est il y a un an, lors du premier confinement, que j’ai véritablement décidé de m’y mettre. Pas forcément parce que j’avais plus de temps, mais plutôt parce que l’isolement m’a poussée à renouer avec ma créativité bien enfouie.

Cependant, si je savais que j’avais envie d’écrire, je ne savais pas vraiment comment m’y prendre pour démarrer. Durant les premiers mois, je me perdais dans des réflexions sans réussir à avancer. Ma toute première idée était de raconter, de manière croisée, la vie de mes deux arrière-arrière-grands-pères (cela semble loin mais ça ne l’est pas tant que ça !) : Paul Weill d’une part, et Paul Valéry d’autre part. Mais je ne parvenais pas à trouver suffisamment de cohérence dans ce récit.

J’ai compris qu’il fallait que je voie le problème autrement et que j’acquière d’abord la matière nécessaire avant de me précipiter dans la conception du livre. Je manquais clairement de documentation, et c’est par un premier travail de recherche que je saurais avec un peu plus de précision ce dont je voudrais parler.

Comme toujours, je suis donc allée à la source, c’est-à-dire chez mon grand-père, où j’ai pu récupérer une très grosse pile de documents concernant la famille Weill. Me voilà donc partie à la découverte de mes ancêtres, plongée la tête la première dans ces archives poussiéreuses. Le masque, qui commençait alors à se démocratiser, m’a été fort utile pour prévenir quelques crises d’éternuements !

Le dossier de la dernière chance

Très rapidement, je me suis aperçue que les documents que j’avais en ma possession n’étaient pas une accumulation de papiers éparpillés, retrouvés ça et là, mais bien un ensemble cohérent qui avait été constitué pour des raisons spécifiques, durant la Seconde Guerre Mondiale.

Je l’évoquais déjà dans l’article précédent au sujet de mon arbre généalogique : à la suite des lois d’exception qui interdisaient aux Juifs l’accès aux professions commerciales et industrielles, la société de ma famille, Weill et Compagnie, était sous la menace de la nomination d’un administrateur provisoire, ôtant toute responsabilité aux membres du Conseil de Gérance.

Mon arrière-grand-père Léon-Louis, alors retiré à Marseille, était chargé de la réalisation d’un dossier circonstancié pour tenter de contrer cette décision. Il devait démontrer les racines françaises de chacun des administrateurs mais aussi la détermination dont la société avait fait preuve, depuis sa création, pour défendre les intérêts de la France.

« Les membres de la famille Weill composant le personnel dirigeant de la société Weill & Cie ne sauraient admettre d’être écartés d’une corporation dans laquelle leur attachement de père en fils depuis quatre générations leur assure les droits incontestables que justifient les services qu’ils lui ont rendu en s’honorant, tant qu’une législation française sans dérogation possible n’impose à ceux chargés de l’appliquer la triste obligation d’interdire à des Français de la plus lointaine origine de transmettre à leurs enfants, comme ils l’avaient reçu, l’héritage de Travail poursuivi en un siècle par une Famille dans le respect, le sacrifice et au service de sa Patrie. »

Extrait du dossier « Travail – Famille – Patrie »

Constitué d’un historique de la société, de notices biographiques, de nombreuses lettres de témoignage et d’une multitude de documents annexes, c’est ce dossier, intitulé « Travail – Famille – Patrie », qui s’est retrouvé entre mes mains.

Un parcours à travers la France

Les nombreuses annotations permettent de comprendre la complexité du travail réalisé. Alors que l’Alsace-Lorraine, dont ma famille était originaire, s’est retrouvée annexée à l’Allemagne, il était devenu impossible d’accéder directement aux archives. De nombreux intermédiaires ont alors été recrutés pour contribuer aux démarches.

Au-delà de l’intérêt purement généalogique, ce dossier m’a été très précieux pour pouvoir reconstituer le parcours de ma famille, à la fois de façon verticale à travers ses multiples générations, et horizontale par le portrait des différents gestionnaires actuels de Weill & Cie.

C’est ce dossier qui m’a donné envie d’aller parcourir, à mon tour, les archives d’état-civil, afin de vérifier, et peut-être compléter, le travail entrepris par mon arrière-grand-père. Et, comme vous le verrez dans un prochain article, je n’ai pas été au bout de mes surprises !

Partagez au maximum !

9 Comments

  1. Nathalie says:

    Vivement jeudi prochain! ❤️

  2. Alex Amber says:

    Je suis aussi impatiente 🤗 !

    1. Oh merci Alex !

  3. de Ville d'Avray says:

    Toujours passionnant ces histoires de famille et merci Juju de nous les faire partager.

    1. Merci Stéphanie je suis contente que ça te plaise !

  4. Valérie Le Bouler says:

    Passionnant!
    Ils dont magnifiques ces arbres en aquarelle.
    Merci pour ce partage.
    😘

    1. Merci à toi Valérie !

  5. Trop intéressant comme article ! Bravo !

    1. Oh merci beaucoup ! Je suis contente que ça t’ait plu. A très bientôt. Juliette

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aimer ceci...